De Retour sur GFNY Alpes Vaujany

Le vent froid me coupe le souffle comme un couteau. Je dois ouvrir et fermer ma bouche comme un poisson, sinon je crains que mon visage ne gèle. C’est la même sensation que lorsque vous mangez une glace trop vite. Je viens d’atteindre le sommet de la Croix de Fer et je me dirige maintenant vers le chemin où je suis monté. Rouler à près de 80 km / h sur routes mouillées à près de 0 degrés.

Derrière moi, mes deux compagnons ont laissés un espace entre nous. La sécurité d’abord. Une décision raisonnable compte tenu des conditions météorologiques.

Je garde une prise serrée autour des poignées, en espérant qu’il me reste un peu de  mouvement dans mes doigts gelés lorsque je dois freiner dans une minute ou deux. Le premier virage difficile approche, heureusement j’ai des freins à disque sur mon Canyon Aeroad.

Pfiou, j’ai de la chance. es doigts fonctionnent! Je survis au premier virage et j’accélère juste pour garder mes jambes en vie et retrouver un peu de chaleur dans le haut du corps. Mes compagnons sont plus prudents dans le coin, alors je pousse un peu plus fort. Puis-je m’échapper dans la descente? Est-ce trop fou? «Ne soyez pas imprudent», a déclaré Uli, le fondateur de GFNY, lorsque nous avons parlé des prévisions météorologiques l’autre jour. Devinez cela à la limite de l’insouciance? Ma copine le penserait certainement.

Campeurs heureux

Heureusement, le temps a été parfait toute la semaine qui a précédé l’édition vierge du GFNY Alpes Vaujany. J’ai participé au camp GFNY pour préparer la course. Dans le cadre du camp, vous bénéficiez d’une semaine de formation spécialisée pour les défis spéciaux de la course. Dans ce cas, vous vous habituez à monter et à descendre. Si vous allez au camp GFNY Italie, vous vous entraînez à monter sur gravier.

Le camp démarre une semaine avant la course, il est basé à Vaujany, tout comme le Gran Fondo. Vaujany est situé au tiers de la montée du Col du Sabot, une montée moyenne d’environ 10% en moyenne et les 5 km jusqu’à Vaujany sont impitoyables.

Cette année, le camp a été très sélectif à cause de la situation du COVID-19. GFNY essaie généralement de rendre le camp petit avec environ 20-30 personnes, afin qu’ils aient le temps de parler à tout le monde. Mais avec des participants principalement de pays d’outre-mer comme les États-Unis et de nombreuses annulations européennes, le camp GFNY Alpes de cette année ne compte que 5 participants, presque autant que le nombre de guides GFNY. Ils nous ont donc très bien couverts. Le niveau est large, du débutant qui vient d’acheter son premier vélo et qui n’a jamais roulé en montagne au rider Gran Fondo mûr qui parcourt le monde chaque année.

Le programme du camp nous fait faire le tour de la vallée de la Romanche et des cols nabor, avec des expéditions à l’Alpe d’Huez, au Col du Galibier, au Col du Sabot et à la route de reconnaissance sur la Croix de Fer. Le programme quotidien est ajusté en fonction de la météo et les plus longues randonnées ont lieu tôt dans la semaine, afin que tout le monde soit frais le dimanche. Heureusement, le temps a été parfait avec peu ou pas de vent et des températures au milieu des années vingt toute la semaine. Mais cela est sur le point de changer pour le week-end. Assis au soleil surplombant le Mont Blanc et le Col du Glandon au sommet du Col du Sabot, le directeur de course Cédric Haas déclare «C’est l’Apocalypse» dans une matière sèche et sombre, quand on parle de la météo du week-end.

Et l’apocalypse est à coup sûr ce que la météo promet! Pluie du vendredi au dimanche avec quelque chose qui ressemble à un orage de sept heures samedi. Heureusement, le dimanche ressemble au meilleur des trois jours.

L’organisation GFNY a travaillé au fil du temps toute la semaine. Seule la moitié du personnel a pu se rendre à la course, donc tout le monde est sur le pont. Les mauvaises prévisions météorologiques sont une gifle pour tout le monde en cette année folle et vous pouvez voir la fatigue dans leurs yeux. Nous profitons du dernier jour avec le soleil et mentalement je commence à me préparer pour l’apocalypse du dimanche.

Le samedi, il pleut toute la journée. Je passe la journée au lit, à l’exception de la demi-heure où je m’installe dans le sauna du spa de l’hôtel V de Vaujany. Il a une grande fenêtre panoramique donnant sur la vallée et les orages. A la télévision, les pros s’effondrent autour de Nice sur la première étape du Tour de France. Quel échauffement pour un Gran Fondo pluvieux en montagne. Si les pros ne peuvent même pas rester debout, qu’en est-il de nous tous amateurs? Au moins, il pleut depuis deux jours maintenant, donc les glissants sur les routes ont été emportés.

Dans l’après-midi, arrêt sous la pluie. C’est ma chance! Je m’habille et me dépêchLe samedi, il coule toute la journée. Je passe la journée au lit, à l’exception de la demi-heure où je m’installe dans le sauna du spa de l’hôtel V de Vaujany. Il a une grande fenêtre panoramique donnant sur la vallée et les orages. A la télévision, les pros s’écrasent autour de Nice sur la première étape du Tour de France. Quel échauffement pour un Gran Fondo pluvieux en montagne. Si les pros ne peuvent même pas rester debout, qu’en est-il de nous tous amateurs? Au moins, il pleut depuis deux jours maintenant, donc les glissants sur les routes ont été emportés. Dans l’après-midi, arrêt sous la pluie. C’est ma chance! Je m’habille et me dépêche sur le vélo. Juste une ouverture rapide. Descente à Bourg d’Oisans et remontée à Vaujany. Les routes sont vides. Seulement moi et les nuages ​​bas suspendus. Les routes sont mouillées mais pas glissantes, dieu merci. C’est bien de ressentir l’adhérence avant demain et les conditions ne sont pas aussi mauvaises que je l’espérais. J’ai même mis trop de vêtements. Mais c’est la grande question, non? Lorsque vous travtrae sur le vélo. Juste une ouverture rapide. Descente à Bourg d’Oisans et remontée à Vaujany. Les routes sont vides. Seulement moi et les nuages ​​bas suspendus. Les routes sont mouillées mais pas glissantes, dieu merci. C’est bien de ressentir l’adhérence avant demain et les conditions ne sont pas aussi mauvaises que je l’espérais. J’ai même mis trop de vêtements. Mais c’est la grande question, non? Lorsque vous traversez l’apocalypse, ne voulez-vous pas bouillir lors de la montée ou geler lors de la descente? J’ai encore le temps de décider.
Jour de la course
C’est la course! Finalement. L’itinéraire a été changé hier soir. GFNY a décidé d’interrompre la descente vers la Maurienne et l’ascension du Col du Glandon, ce qui signifie que le Gran Fondo n’est plus qu’à 60 kilomètres jusqu’au sommet de la Croix de Fer et vice-versa. Et de plus, le départ a été déplacé à 10h au lieu de 8h. Les conditions météorologiques étaient tout simplement trop extrêmes pour que les organisateurs envoient des gens sur un marathon de l’Alpe de 110 kilomètres sous la pluie et près de 0 degré.

Des décisions judicieuses si vous me demandez. En regardant par la fenêtre à 7 heures, les changements rendent la course plus digeste mentalement. Il ne s’agit plus que d’une course vers le haut et le retour. Une seule descente longue et froide. Cela résout également le dilemme de savoir quoi porter. J’ai décidé de choisir un cuissard et pas de jambières. Un maillot type Gabba, des manchettes et le maillot GFNY Alpes Vaujany comme couche extérieure. Et VeloToze bien sûr.

Le maillot GFNY est agréable, avec deux poches supplémentaires sur le côté. Parfait pour atteindre un gel et se débarrasser des déchets par temps pluvieux et froid, avec les doigts froids.

Une demi-heure avant le départ, j’entre dans le sas de départ. J’ai une vieille veste de pluie que j’ai apportée en France au cas où. Je l’ai sorti de la valise avec d’autres vêtements de cyclisme. C’est pratique et ça me garde au chaud et au sec avant le départ.
En regardant autour de moi, je vois beaucoup de vestes de pluie et de parapluies. Les gens gèlent mais pas moi. Je ne sais pas si c’est l’excitation ou la caféine. J’espère que ce n’est pas parce que je me suis trop habillé. Par ce temps, vous mourrez soit d’avoir trop chaud à l’ascension, soit de mourir de froid à la descente. J’ai peur pour ce dernier, venant d’un pays plat, descendant sous la pluie et le froid n’est pas si attrayant. Je repousse la peur et me concentre sur les défis à venir. La première chose à faire est d’aller au fond de la montée Vaujany derrière la voiture ouvreuse sans trop de drame.

Je suis en pôle position sur la grille de départ, donc je n’ai pas à me battre pour des positions dans la première descente. À mes côtés, j’ai le manager GFNY Community manager Mathias van Aken et mon colocataire italien, Zacchi. Tous deux désignent des gars belges et italiens très forts, qui ressemblent certainement à de vrais motards. Vous savez, des hommes qui ressemblent à des garçons avec des hanches et des épaules minces, des bâtons à la place des bras et des jambes énormes. Il y a des tentions dans l’air.

3, 2, 1, c’est parti!

Voilà le départ! Derrière la voiture de course sur les pentes du Col du Sabot. Les routes sont comme hier, mouillées mais pas glissantes. Il y a du respect dans le peloton, donc personne n’essaie de se mettre dans une meilleure position et nous arrivons au fond de la vallée sans avoir perçu le bruit des vélos en carbone frappé l’asphalte.Seul un léger bruit persistant de freins à disque qui pleurnichent.

Cedric Haas, le directeur de course, se lève à travers le toit ouvrant de la voiture et agite le drapeau. Départ réel et la course est lancée. Immédiatement, le rythme est accéléré et nous roulons à 40 km /h avant que la montée ne commence vraiment. Et puis BAM! Quelqu’un a jeté une main dans le peloton. Les Italiens sont sur la voie de la guerre et des attaques du front. Il y a plusieurs victimes et j’ai peur de regarder mes watts. Les coups de feu continuent de frapper le groupe avant, mais soudain il y a un cessez-le-feu. Je regarde autour de moi et il reste une vingtaine de gars devant. Leur poudre est-elle devenue mouillée? Le rythme est toujours élevé, mais pas impitoyablement élevé.

Mon rythme cardiaque baisse un peu alors que nous traversons le village sur le premier quart de la montée vers la croix de fer et nous entamons la première petite descente. Et puis bam, encore! Le cessez-le-feu est terminé et maintenant ils utilisent des bazookas. Nous avons atteint une rampe raide avec plus de 14% et le groupe avant est divisé en morceaux. Moi et quelques autres gars sont laissés en sang dans les tranchées par les fous qui ont remonté la route.

Je n’ai pas explosé mais je n’ai pas pu suivre le rythme non plus. Ma colocataire est également là et ensemble on trouve un bon rythme. Les autres qui ont essayé de déferler et de suivre les gros frappeurs ont tous explosé et sont dispersés sur la route devant nous. Zig-zag pour rester debout, ils ne voient que le dos de nous.

En approchant du barrage, nous avons attrapé un équatorien d’Allemagne. Il semble en forme et va toujours bien. Nous passons le demi-tour pour le Medio Fondo où la montée s’aplatit un peu. Nous pédalons sur le grand plateau et le rythme est très élevé.  Peut-être pouvons-nous rattraper la tête après tout?  Mais non, tout espoir est perdu peu de temps après avoir passé le chalet et le virage à gauche vers le Col du Glandon. Un cycliste approche. C’est celui qui est en tête de course, solo, qui est déjà en train de descendre. Et nous avons encore trois kilomètres à parcourir avant de faire demi-tour. Et juste avant de traverser le pont à deux kilomètres du sommet, nous rencontrons le groupe de chasse. J’essaie de compter le nombre de gars qui descendent de la montagne et il semble que nous sommes toujours en course pour une place dans le top 10.

Ne sois pas imprudent

Le reste de la Croix de Fer se déroule plutôt sans incident et nous atteignons le point de retournement ensemble et entamons la longue et froide descente. Certaines inquiétudes avaient été soulevées sur la page Facebook du GFNY Alpes Vaujany hier soir. Des photos montrant des débris sur la route. D’autres étaient préoccupés par le nouveau tracé, et du fait qu il y aurait maintenant des coureurs qui montent et descendent en même temps. Mais comme Uli a répondu à juste titre, les gens sont plus conscients et plus prudents dans les mauvaises conditions météorologiques. Et l’organisation GFNY a enlevé tous les débris. Malgré toutes les inquiétudes, je me sens en sécurité. Il y a une moto qui nous suit et à chaque virage difficile il y a un signaleur avec un drapeau et un sifflet. On croise beaucoup de coureurs toujours dans la montée et chacun reste de son côté.

Et puis nous sommes de retour au début de cette histoire. La plongée profonde sur la Croix de Fer à deux degrés Celsius, trempée de pluie. J’ai un froid glacial. Je suis concentré à 100% sur le chemin à parcourir. Dans ma tête, je répète sans cesse les paroles de sagesse d’Uli: «Ne sois pas imprudent, ne sois pas imprudent». Nous arrivons aux épingles à cheveux à mi-chemin et le marshall nous signale qu’il y en a trois autres à venir.

Je remarque dans les virages que je vais plus vite que mes deux compagnons, alors je pousse un peu plus le rythme et parviens à créer un écart. Sur le dernier tiers de la descente, les routes sont droites avec une bonne visibilité. Je pédale pour remettre mes jambes en marche avant la rude montée vers Vaujany. Je vais très vite et parviens à faire un écart d’environ 10-20 secondes avec les autres. Parfait!

Dans la montée, j’ai le temps de trouver un rythme avant qu on me rattrape. Notre trio est maintenant un groupe fourmann. Un jeune gars sur un Specialized Tarmac est allé incroyablement vite dans la descente et nous a surpris. Il essaie immédiatement d’attaquer mais sans s’échapper. Après sa troisième tentative, il estime qu’il ne s’éloignera pas de nous. Au lieu de cela, nous montons à un rythme raisonnable. Je suis assis à l’arrière et j’ai le temps de retirer mes manchettes et mes gants. Court / court pour la finale comme dans une vraie course.

La montée ne s’aplatit que quelques instants à Vaujany. Le spécialized voit cette opportunité et attaque avec mon colocataire dans sa roue. La ligne d’arrivée est placée autour d’un virage difficile où la route se rétrécit. Mes jambes sont trop froides pour sprinter donc je termine dernier de notre petit groupe. Mais je suis content. Toute la course se fait en deux heures et dix-neuf minutes, ce qui est assez rapide pour que je sois 15e au général. Un résultat étonnant.

Voici le soleil

Après la ligne d’arrivée, chacun reçoit sa médaille GFNY Alpes Vaujany et un repas plutôt délicieux composé de pâtes au thon et d’une miche de pain.

Et pendant que je me tiens là, sur la place de Vaujany, le soleil éclate.

GFNY peut certainement être fier de leur nouvelle perle dans le collier. Contre toute attente, toute l’organisation a fait un tour de force et créé un grand événement. Malgré le COVID-19, le mauvais temps et un changement d’itinéraire de dernière minute. Je suis plein de respect pour Uli et Lidia Fluhme, et Cédric Haas, dont j’ai vu travailler très dur toute la semaine pour que GFNY Alpes Vaujany se produise en un an, où presque tous les Gran Fondo ont été annulés. Il est facile de voir que ces gars-là sont motivés par la passion et l’amour du cyclisme. Il aurait été si facile d’annuler la course, mais leur passion était assez forte pour porter l’épreuve malgré une adversité monumentale.

Et alors que le soleil brille sur les derniers participants à terminer, l’avenir du GFNY Alpes Vaujany s’annonce radieux. Avec un rendez-vous tard en août alors que la saison est presque terminée dans la vallée de la Romanche, les participants profitent du calme et de la tranquillité des Alpes. L’itinéraire est gérable, même si c’est la première fois que vous faites un Gran Fondo ou que vous roulez dans les Alpes. Ou si vous cherchez quelque chose de différent de La Marmotte.

Cedric Haas prend une profonde inspiration après la cérémonie de remise des prix. Ils l’ont fait. C’est fini, le soleil brille. La cérémonie de remise des prix n’a été annoncée nulle part. Grâce à COVID, seuls les trois hommes et filles les plus rapides sont invités avec leurs compagnons de voyage. J’ai foutu la fête.

L’année prochaine, la course sera de retour. GFNY a conclu un accord de trois ans avec la ville de Vaujany, l’avenir est donc assuré. Il est facile de tomber amoureux de GFNY. Les courses ont beaucoup de participants fidèles qui parcourent le monde pour découvrir les différentes races et pays. Et après une semaine en grande compagnie de la famille GFNY, je comprends vraiment pourquoi. Le camp GFNY avec Uli, Lidia et les guides GFNY a été une semaine inoubliable et a réveillé mon appétit pour plus d’expériences.